République Démocratique du Congo

Carte de la République Démocratique du Congo

Capitale : Kinshasa
Population : 78.736.153
PIB/habitant : $ 388
Devise : Franc congolais (CDF)
Fuseau horaire : UTC + 1 et + 2

Drapeau de la République Démocratique du Congo

Dernière mise à jour : février 2016

Situation macroéconomique

L'activité économique en République Démocratique du Congo a poursuivi sa phase de consolidation en 2014, dans un contexte d'une reprise encore fragile de l'environnement économique et financier international et de la baisse des cours de matières premières, en particulier du cuivre.

En 2015, le Produit Intérieur Brut de la RDC s'élève à 39 milliards de dollars. Rapporté au nombre de Congolais, cela représente 478,2 dollars. Un chiffre qui vaut au pays d'Afrique centrale la 8ème place du classement des pays les plus pauvres du monde.

Croissance du PIB

2,8% en 2009 ; 7,2% en 2010 ; 6,5% en 2011 ; 7,2% en 2012 ; 8,3% en 2013, 10 % en 2014 et 8,4% en 2015.

PIB par branches d'activités

PIB par branches d'activités

Inflation :

23% en 2010 ; 12% en 2011 ; 10% en 2012 ; 2013 : 7,1%. 2014: 1,26%; 2015: 1,31%.

Taux de change (FC/US$) :

920 en 2012, 917 en 2013; 932 en 2014 et 943 en 2015.

Budget (en milliards USD) :

4,9 en 2009 ; 5,9 en 2010 ; 7 en 2011 ; 7 en 2012; 7 en 2013; 8,9 en 2014 et 9 en 2015.

Commerce extérieur:

Part d'Exportation de la RDC %

Part Importation de la RDC (%)

Exportations par types de produits (en % de la valeur totale) en 2012

  • Agroalimentaire : 1%
  • Energie (hydrocarbures) : 15,6%
  • Bois : 2,8%
  • Minéraux et métaux : 77,3%
  • Autres (textiles, vêtements, chaussures, chimie, machines et matériel de transport) : 3,3%

Importations par types de produits en 2012 (en % de la valeur totale)

  • Agroalimentaire : 16%
  • Energie (hydrocarbures) : 4,7%
  • Chimie : 14,4%
  • Machines, matériels de transport : 37,6%
  • Minéraux et métaux : 14,1%
  • Produits finis pers : 5%
  • Autres (textiles, vêtements, chaussures, bois et papier) : 8,2%

CINQ PREMIER CLIENTS - 2015

  • Chine: 34,2%
  • Union européenne: 21,2%
  • Dont Belgique: 8,3%
  • Afrique du Sud: 7,7%
  • Etats-Unis: 5,3%

CINQ PREMIERS FOURNISSEURS de la RDC - 2015

  • Union européenne: 23,1%
  • Dont Belgique: 8,4 %
  • Chine: 22,2%
  • Afrique du Sud: 11,9%
  • Etats-Unis: 3,3%

Relations avec les institutions financières internationales

Fonds Monétaire International (FMI) :

Bien que le FMI ait confirmé les bons résultats macro-économiques de la RDC, il a exprimé ses préoccupations sur les fonds estimés nécessaires pour l'organisation des élections locales, provinciales, législatives et présidentielles, et la mise en œuvre du découpage des provinces (de 11 à 26).

Depuis la nomination du nouveau gouvernement à la fin de l'année 2014, le gouvernement n'a plus évoqué d'intérêt à conclure un programme avec le FMI.

Banque Mondiale (BM) : La Banque mondiale a publié en fin d'année un premier rapport semestriel de suivi de la situation économique et financière. Dans ce rapport la forte croissance économique est confirmée ainsi que le développement des grandes mines qui a eu comme effet de protéger la RDC contre les chocs négatifs des prix de matières premières.

Climat des affaires

Le climat des affaires en RDC continue de rester un défi à relever. Le classement "Doing Business 2015" de la Banque mondiale, qui mesure l'environnement des affaires dans 189 pays, place la RD Congo parmi les 10 pays ayant entrepris le plus grand nombre de réformes dans l'année écoulée.Selon le rapport Paying Taxes 2014, le taux d'imposition total moyen en RDC s'élève à 118,1%. Le taux d'imposition total des impôts sur le bénéfice en RDC atteint 58,9%, ce qui est un des taux les plus élevés dans le monde. En revanche, l'impôt sur le travail ne s'élève qu'à 7,9 %. Dans l'index de perception de corruption de Transparency international, la RDC se place à la 154ème place sur 177 pays.

Le pays peut se féliciter d'avoir enregistré des résultats positifs dans dix des quatorze sous-catégories de l'Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique. Pourtant, il n'occupe qu'un rang modeste au classement général.

Après avoir été 47e en 2008, 2009 et 2013, le pays est retombé à la 48e place sur 54 pays. Il est, donc, sixième sur les huit pays d'Afrique centrale. Cette 48e place a de quoi étonner d'autant plus que, comme le signale l'IIAG, depuis des années, la République démocratique du Congo a quand même fourni des efforts pour l'amélioration de la gouvernance. Ce qui lui a permis de rejoindre, entre 2011 et 2014, le groupe de 33 pays ayant travaillé dans le même sens.

En 2005, la RD Congo a adhéré à l'initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Les efforts de rigueur qu'elle a réalisés lui ont permis d'être déclarée pays conforme le 2 juillet 2014.

Après le lancement du certificat de Kimberley dans la filière aurifère, la RDC vient de se doter d'un certificat CIRGL relatif aux minerais désignés sous le vocable 3T (Tin/Etain, Tantale/Coltan et Tungstène/Wolframite) en vue de rendre leur commerce plus transparent. Force est de constater que le commerce illégal de l'or a pris plus d'ampleur.

  • Forme de l'Etat : régime semi-présidentiel et « un Etat unitaire (fortement) décentralisé » la Constitution de la 3e République donnant plus de compétences aux 11 provinces devenues 26 actuellement.

  • Chef de l'Etat : Joseph Kabila, Président de la République.

  • Pouvoir législatif : système bicaméral avec une Assemblée nationale et un Sénat. Les élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011 ont suscité plusieurs revendications jusqu'à nos jours. 340 députés sur les 482 qui siègent maintenant à l'hémicycle ont été contestés.

  • Capitale : Kinshasa, avec une superficie de 9965 km², compte huit à dix millions d'habitants.

  • Fête nationale: 30 juin (Indépendance en 1960).

  • Superficie : 2.345.409 km2 (77 x la Belgique et 3e pays du continent après l'Algérie et le Soudan).

  • Frontières: 9 pays frontaliers: la République Centrafricaine et le Soudan au Nord, la Zambie et l'Angola au Sud, l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie à l'Est, le Congo-Brazzaville à l'Ouest.

  • Population : 73,5 millions d'habitants répartis sur les 26 provinces de la RDC; 200 millions de consommateurs sur un rayon de 50 km² autour de la RDC (9 pays voisins).

  • Répartition ethnique : plus de 400 ethnies différentes réparties en plusieurs groupes. Les Bantous forment environ 80% de la population. Les ethnies non bantous sont les Soudanais, les Nilotiques et les Pygmées.

  • Langue(s) : langue de l'administration: français ; quatre langues nationales : lingala, swahili, kikongo, tshiluba. Plus de 220 langues dont 186 appartenant à la seule famille bantoue.

  • Religion(s) dans l'ordre d'importance: catholiques, protestants, kimbanguistes, animistes et musulmans.

  • Espérance de vie : 53 ans (Banque mondiale).

  • Principales productions : minéraux (cobalt, coltan, cuivre, uranium), pierres et métaux précieux (diamants, or), bois, agriculture.

La RDC est membre de plusieurs organisations économiques régionales: SADC (Communauté Economique des Etats d'Afrique Australe) et CEEAC (Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale).

1. ETS : Etablissement :
Pour les Etablissements, il n'y a pas d'associés, le chef d'entreprise est le seul maitre de l'affaire.

2. SPRL (Société privée à responsabilité limitée) :
minimum deux associés dont chacun est responsable des dettes de la société à concurrence de ses apports personnels.

3. SARL (Société par action à responsabilité limitée) :
sept actionnaires minimum, personnes physiques ou morales.

La plupart des sociétés sont des sprl alors que les Etablissements sont principalement utilisés pour les petits magasins et commerçants locaux.

La République Démocratique du Congo apparaît aujourd'hui comme un pays encore vierge qui pourrait bien profiter de ce temps de crise financière et de redistribution des cartes de la richesse mondiale pour accéder enfin au rang de véritable puissance économique régionale, voire internationale. La RDC compte environ 73 millions d'habitants dont 80% ont moins de 25 ans. Ils seront 150 millions d'ici 2030.

Aujourd'hui les sociétés congolaises ont besoin de partenaires extérieurs en termes de technologie, de formation et d'équipements. Or, au Congo, les sociétés belges ont une image de sérieux et de qualité. Il faut dire que La Belgique a l'avantage de mieux connaître la RDC que les autres pays grâce à des liens historiques.

Mais attention aux nombreux clichés ! L'une des difficultés rencontrée par de nombreuses entreprises belges est de s'adapter au Congo d'aujourd'hui en pleine décentralisation et qui commence seulement à s'ouvrir à la mondialisation. Une réalité qui ne se résume pas à Kinshasa ou à Lubumbashi ni à un face à face entre la Belgique et le Congo.

Aussi importe-t-il de tenir compte des cinq conseils suivants pour bien aborder ce marché :

  • Ne pas négliger les aspects juridiques, administratifs, logistiques et fiscaux.
    Il est conseillé de s'adresser à un bon bureau d'avocats, un transitaire ou une fiduciaire. Ce n'est pas parce qu'on est en Afrique que l'on ne doit pas prendre les précautions nécessaires en matière de protection administrative, juridique, fiscale et de gestion du risque.

  • Prévoir une présence locale en prenant le temps de choisir soigneusement son partenaire.
    La formule la plus souvent adoptée par les entreprises qui connaissent du succès au Congo est d'ouvrir un bureau de représentation en collaboration avec un partenaire local sérieux du secteur privé. Ce partenaire est essentiel pour les relations avec ses clients et avec les administrations. Rien ne peut remplacer le savoir local comme source d'informations et comme facilitateur auprès des nombreuses administrations. Mais trouver le bon partenaire exige du temps, de la patience et de l'expérience. Une étape cruciale à ne pas négliger.

  • L'établissement de relations personnelles avec le partenaire local, ses clients et l'administration est un élément clé de la réussite commerciale et de la gestion du risque.

  • La culture congolaise accorde une grande importance au respect de la hiérarchie. Lors de la prospection, il est donc important que le représentant de la société belge ait un pouvoir de décision.

  • Garder le plus de souplesse possible par rapport aux particularités du pays : transport difficile occasionnant des retards fréquents, fonctionnaires sous payés, coupures d'électricité et d'eau, chaleur et moustiques, misère (80 % de la population vit avec moins d'un dollar/jour).

On le voit, le Congo est un pays aux immenses potentialités, mais il reste paradoxalement l'un des plus pauvres du monde. La clé de son succès réside dans l'émergence d'une nouvelle classe d'entrepreneurs congolais et étrangers, capables de transformer cet éternel potentiel en véritable richesse.

ANAPI :

(Agence nationale de promotion des investissements)
Avenue Colonel EBEYA, 54, 2ème niveau, Immeuble de la Reconstruction Kinshasa/Gombe
T +243 99 99 25 026

Fédération des Entreprises du Congo (FEC)

Avenue des Aviateurs, 10 - Gombe-KINSHASA
T +243 81 248 88 90 / +243 81 248 89 09

Fédération Nationale des Artisans, Petites et Moyennes Entreprises du Congo (FENAPEC)

Avenue Haut Congo, 65 Kinshasa/Gombe
T + 243 81 991 82 81/ 81 812 24 07

Confédération des Petites et Moyennes Entreprises du Congo (COPEMECO)

Bld Lumumba, 10ème Rue Limete Résidentiel
Nom du représentant : Georges BUKASA TSHIENDA
T + 243 99 99 18 839

CHAMBRE DE COMMERCE BELGO-CONGOLAISE - LUXEMBOURGEOISE (CCBCL)

T +243 081 88 48 319 / + 243 89 89 492 92
ccbc@gbs.cd

  • www.beltradecongo.com, site de la Représentation économique des trois Régions du Royaume vous informe sur l'économie de la République démocratique du Congo.

  • www.ccbc-rdc.be, site de Chambre de Commerce Belgo- Congolaise-Luxembourgeoise

  • www.guide-entreprise.org: le site Guide-Entreprise propose des informations utiles et concrètes aux entrepreneurs et investisseurs en Afrique


 Info pays